Contenu

Lutte contre les rodéos urbains : renforcement des contrôles

 

Par instruction du 8 août 2022, le ministre de l’intérieur a souligné l’implication de la police et de la gendarmerie dans le cadre de la lutte contre les rodéos urbains.

À l’origine de graves troubles à l’ordre public et de risques pour la sécurité de tous, les rodéos motorisés se sont multipliés dès le retour des beaux jours.

La lutte contre ces comportements routiers dangereux est une priorité puisqu’ils causent accidents qui peuvent être mortels, insécurité et nuisances sonores.

Dans la Nièvre comme dans l’ensemble des départements français, le préfet a demandé à la Police nationale et à la Gendarmerie nationale d’accroître le nombre de contrôles dans le département et de procéder à la saisie systématique des engins utilisés.

Ainsi, la Direction départementale de la sécurité publique a mené les 9, 10 et 11 août derniers, neuf contrôles à différents endroits de Nevers.
Sur les autres communes de l’agglomération de Nevers, la Gendarmerie a procédé hier au contrôle de 60 conducteurs et a relevé 13 infractions au code de la route (non respect de stop, franchissement d’un feu rouge, conduite sous l’emprise d’un état alcoolique, usages du téléphone en conduisant, vitesse excessive, franchissement de ligne continue…).

D’autres contrôles de grande ampleur seront mis en place prochainement.

Pour rappel, la loi du 3 août 2018 « renforçant la lutte contre les rodéos motorisés » expose les contrevenants à une peine d’emprisonnement d’un an, couplée à une amende de 15 000 euros.

La sanction peut s’alourdir en cas de circonstances aggravantes :
- En cas d’infraction commise en groupe, les auteurs risquent deux ans de prison et une amende de 30 000 euros ;
- En cas de consommation d’alcool ou de stupéfiants, la peine d’emprisonnement est de 3 ans, et l’amende de 45 000 euros.