Contenu

Plan de relance : 9 bénéficiaires du "Chèque relance export" dans la Nièvre

 

9 entreprises de la Nièvre bénéficient d’ores et déjà du "Chèque relance export" (CRE).

Le CRE prend en charge 50 %, dans la limite d’un plafond, des dépenses éligibles (hors taxes, avec un plancher de valeur de 500 euros) d’une prestation d’accompagnement à l’international, pour les PME et ETI françaises. C’est un véritable coup de pouce pour des solutions allant de la préparation en France jusqu’à la prospection sur des marchés étrangers.

Ces « chèques » sont utilisables sur toutes les opérations collectives du Programme France Export du 4ème trimestre 2020 et de l’année 2021, ainsi que sur les prestations individuelles (préparation et/ou prospection) de la Team France Export et des prestataires privés agréés en France et à l’étranger, représentant :
• jusqu’à 2 000€ pour une prestation d’accompagnement individuel : audit et diagnostic export, structuration de la stratégie export, priorisation des marchés, prospection individuelle, communication, étude de marché, etc.
• jusqu’à 1 500€ pour une prestation d’accompagnement collectif vers des marchés cibles : prospections collectives, rdv professionnels, etc.
• jusqu’à 2 500€ pour la participation à un pavillon France sur un salon à l’étranger.

Les entreprises bénéficient du Chèque Relance Export après transmission et vérification de leur dossier d’éligibilité par une cellule dédiée à cette procédure et dans la limite de quatre dossiers par entreprise (deux pour les prestations individuelles et deux pour les prestations collectives). Le montant de l’aide est versé à l’issue de la prestation, sur pièces justificatives.

Dans le cadre des mercredis de la relance, Didier Josso, sous-préfet à la relance, Grégoire Pierre-Dessaux, sous-préfet de Château-Chinon et Laurent Vignaud, sous-préfet de Cosne et de Clamecy, sont allés à la rencontre de 3 de ces bénéficiaires.

Le domaine viticole de Villargeau à Pougny est un des 9 premiers bénéficiaires nivernais d’un chèque relance export, dispositif déployé dans le cadre du plan de relance pour soutenir les entreprises dans leur développement à l’export.
Marc Thibault, un des dirigeants actuels du domaine témoigne : « Ce chèque de 2000€ nous permet de solliciter un consultant spécialisé dans l’accompagnement à l’export, depuis la prospection de nouveaux clients jusqu’à l’organisation de rencontres dans le pays. L’idée est, dans un 1er temps, de se tourner vers l’Allemagne et le Danemark par exemple, et de renforcer notre présence en Belgique, pour compenser notre baisse d’activité en restauration. »
Le recrutement d’un apprenti étant envisagé, cette rencontre a donné l’occasion au sous-préfet d’informer Marc Thibault que l’entreprise peut également prétendre à une aide allant jusqu’à 8000€.
Depuis 4 générations, la famille Thibault est à la tête de cette exploitation agricole qui a su diversifier ses activités en réimplantant de la vigne en 1991.
Aujourd’hui, le vignoble, sous l’appellation Coteaux du Giennois, propose une gamme originale de vins.

À Saint Gratien Savigny, la société Miniabilles France SARL, spécialisée dans la fabrication de billes en carbure de tungstène depuis plus de 40 ans, bénéficie également d’un chèque relance export. Ce soutien de l’Etat permet à l’entreprise, très bien positionnée sur le marché français, de s’ouvrir à l’international, notamment vers le marché allemand. Maxime Sandoz a repris l’entreprise familiale en 2018.

Dans l’arrondissement du sous-préfet de Cosne sur Loire Laurent Vignaud, la société DevCSI, spécialisée dans la conception de logiciels sur mesure depuis plus de 10 ans, a également bénéficié d’un chèque relance export qui arrive au moment même où l’entreprise affine sa stratégie de développement à l’international.
Abdelilah Sanif, son directeur explique que « grâce à l’expérience acquise, nous avons conçu une plate-forme digitale permettant la maîtrise et l’optimisation de la maintenance de systèmes complexes et plus particulièrement du matériel roulant ferroviaire. Lorsque l’on sait que les coûts de maintenance représentent 80 % du coût global de possession, le gain devient évident. Notre ambition est clairement d’être leader mondial sur ce secteur et nous souhaitons déployer notre solution à l’international dès cette année. Les dispositifs du plan de relance arrivent à point nommé et nous permettent de prospecter à l’international tout en se sentant épaulé par les institutions telles que les CCI ou Business France. Notre solution Made in France fait déjà du bruit à l’international et nous avons hâte de concrétiser tout cela ».