Contenu

3/9/2019 : lancement du Grenelle contre les violences conjugales

 

3/9/2019 : lancement du Grenelle contre les Violences Conjugales dans la Nièvre par Alexa Carpentier, procureur de la République et Alain Brossais, secrétaire général de la préfecture, représentant la préfète. La lutte contre les violences conjugales est une priorité du Gouvernement.

Police et gendarmerie constatent chaque année près de 500 cas de violences conjugales dans la Nièvre.

De nombreux partenaires se sont mobilisés pour cette 1ère concertation : services de l’Etat, institutions, élus, associations d’aides aux victimes, professionnels du monde médical, forces de l’ordre....

Il s’agissait en 1er lieu de faire le point sur les actions engagées dans le cadre du 5ème plan de lutte contre les violences faites aux femmes signé en novembre 2018. Sur les 17 axes définis, 11 sont en cours ou déjà réalisés. Ainsi, 46 professionnels ont suivis des formations sur l’accueil des femmes victimes de violences par le CIDFF.
L’ANDAVI (association d’aide aux victimes) tient une permanence au commissariat de Nevers et met à disposition à mi-temps un travailleur social en zone gendaremrie.

Des 1ères suggestions ont été émises lors de la rencontre de ce 3 septembre. Par exemple, concernant l’hébergement d’urgence dont la capacité est suffisante dans la Nièvre, des réflexions doivent être engagées sur le maillage territorial dans le département : certaines femmes qui habitent en milieu rural peuvent se trouver isolées vis-à-vis d’un suivi médical ou éloignées de structures accueillant les victimes.

Des outils de prévention, d’information et de signalement dédiés existent pour éviter et lutter contre ces violences :

  • Le 3919, numéro d’écoute national, anonyme et gratuit, destiné aux femmes victimes de violences et à leur entourage. Le 3919 n’est pas un numéro d’urgence : en cas de danger immédiat, il faut appeler la police, la gendarmerie ou les pompiers en composant le 17, le 112 ou le 18 ;
  • La plateforme de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles, accessible à l’adresse www.signalement-violences-sexuelles...
  • Le site web dédié et le compte Twitter « Arrêtons-les ! » : pour répondre à toutes les interrogations et informer sur le sujet.